Chercher

C'est ainsi que vous réglez votre chauffage de manière optimale - efficiente tout en conservant une chaleur confortable !

Un système de chauffage correctement réglé présente deux avantages majeurs : d'une part, vous assurez une température agréable de bien-être constante dans votre maison; d'autre part, un système de chauffage correctement réglé fonctionne plus efficacement et vous permet d’économiser beaucoup d’argent sur les frais de chauffage. Notre petite liste de contrôle vous montre où porter votre attention lorsque vous ajustez votre chauffage.

Contrôle 1 : Utilisez correctement les thermostats de chauffage

Vous connaissez peut-être également cette situation : vous rentrez chez vous dans votre logement froid et vous voulez le réchauffer le plus rapidement possible. Normalement, une température confortable est atteinte lorsque le thermostat de votre chauffage est réglé sur 3; cependant, pour que l’appartement chauffe plus rapidement, vous le réglez sur 5. Si vous aussi procéder de la sorte, c'est que vous commettez une erreur très largement répandue. Car en effet, vous n'avez pas atteint votre température de bien-être plus tôt. Il fait trop chaud dans un premier temps et ce n'est que lorsque vous remettez le chauffage sur 3 que la température revient à la valeur souhaitée. L’inconvénient de cette procédure : vous consommez inutilement beaucoup d’énergie.

Découvrez quel réglage du thermostat assure une température ambiante agréable. Ce n'est pas aussi simple, car vous ne trouverez habituellement aucune information de température sur les thermostats, mais seulement les nombres entre 1 et 5. Une règle de base dit que: le niveau 3 correspond approximativement à 20 °Celsius. Cependant, cette valeur peut varier et dépend de facteurs tels que l’âge du thermostat ou l’emplacement de l’appareil de chauffage. Lorsque vous avez trouvé le réglage idéal de votre thermostat, réglez-le au maximum jusqu'à cette valeur. Ainsi, vous économisez de l’énergie et de l’argent.

Contrôle 2 : Purgez votre chauffage

L’accumulation d'air dans les radiateurs est inévitable au fil du temps. Mais vous ne devriez pas accepter cela, parce que simultanément plus il y a d’air moins il y a d’eau dans le système de chauffage. En conséquence, le corps de chauffe met plus de temps à se réchauffer ou même à atteindre la température souhaitée - le chauffage devient tiède ou, dans le pire des cas, reste complètement froid. Vous remarquerez que vous devez purger un radiateur au bruit audible après l’avoir ouvert.

Il est judicieux de purger tous les radiateurs de votre appartement avant le début de la période de chauffage à la fin de l'automne. Le purgeur est généralement situé du côté opposé du thermostat. Avant de commencer, vous devriez placer un petit seau ou récipient sous la valve pour recueillir l’eau qui s’en échappe et munissez-vous d’un chiffon pour tous les cas. Maintenant, tournez prudemment la vanne avec une clé de purge jusqu’à ce que vous perceviez un écoulement d’air qui s'échappe. Dès qu’un jet d’eau uniforme émerge, vous pouvez fermer le robinet - le radiateur est maintenant purgé, il peut absorber plus d’eau de chaude et chauffer votre maison plus efficacement.

Pour en savoir plus sur la purge du chauffage, consultez notre guide du chauffage : Purger un chauffage - Pourquoi et comment faire !

Contrôle 3 : Sélectionnez la bonne température de départ

La température de départ est la température à laquelle l’eau de chauffage sort de la chaudière, de même, la température de retour est la température à laquelle elle retourne à la chaudière après son passage dans le circuit de chauffage. Le choix de la bonne température de départ est d’une importance décisive. Si elle est trop basse, il ne fera pas suffisamment chaud dans la maison ou dans l’appartement. Mais si elle est trop élevée, vous consommerez inutilement de l’énergie. Trouver la bonne température de départ n'est pas si simple et dépend également de divers facteurs, par exemple :

  • L’état du bâtiment : un ancien bâtiment non rénové n’est généralement pas très économe en énergie. Cela implique : une température de départ nécessaire plus élevée étant donné que la majeure partie de la chaleur s’échappe par les fenêtres et les murs.
  • La taille de la surface de chauffe : plus la surface du radiateur est grande, plus la température de départ est basse. Considérons un chauffage au sol, il nécessite une température de départ beaucoup plus basse, car sa surface de transfert de chaleur est beaucoup plus élevée qu’avec un chauffage conventionnel.
  • La température extérieure : si la température extérieure est basse, vous aurez naturellement besoin d’une température de départ plus élevée pour chauffer une pièce ou cela prendra plus de temps.

Vous pouvez ajuster la température de départ optimale en utilisant une courbe de chauffage. Vous définissez par cette dernière la température de départ et son évolution par rapport à la température extérieure. Lors du réglage de la courbe de chauffage, vous devriez consulter un spécialiste.

Contrôle 4 : Adaptez l'abaissement de température nocturne

Tout système de chauffage moderne possède la fonction d’abaissement de température nocturne. En fin de journée, la température est automatiquement abaissée et le lendemain matin elle est remontée à son ancien niveau. Non seulement vous pouvez spécifier l’heure à laquelle l’abaissement nocturne débute ou se termine, mais aussi la baisse de température souhaitée. En règle générale, vous pouvez même le faire spécifiquement par jour : En semaine, par exemple, si vous vous levez à 7 heures, l’abaissement nocturne peut prendre fin à 6 heures afin de trouver une chaleur confortable au moment de vous lever. Et si en fin de semaine vous dormez jusqu’à 9 heures, vous régleriez la fin de la nuit à 8 heures.

Avec une gestion intelligente de l’abaissement de la température nocturne, vous assurez non seulement une fraîcheur agréable pendant votre sommeil, mais réalisez également de grandes économies d’énergie et d’argent.

Contrôle 5 : Examinez régulièrement la pression du chauffage

Une pression de chauffage trop faible signifie que les radiateurs manquent d’eau et que ces derniers ne chauffent pas correctement. Par conséquent, vérifiez régulièrement l’indicateur de pression de votre système de chauffage, à savoir le manomètre. La pression optimale pour les maisons individuelles est d’environ 1,2 à 1,5 bar - votre installateur peut vous indiquer la valeur idéale pour votre installation. Si la pression est plus basse, vous devriez l’augmenter au plus vite jusqu’à la valeur de consigne afin d’assurer le bon fonctionnement de votre système de chauffage. Vous pouvez le faire vous-même, mais assurez-vous d’utiliser de l’eau déminéralisée. Votre installateur se fera un plaisir de répondre à toutes vos questions à ce sujet.

Un système de chauffage en parfait état de marche en 5 étapes

En suivant les 5 étapes de notre liste de contrôle, vous avez la certitude que : votre chauffage fonctionne de façon efficace et économe, sans avoir à renoncer à une chaleur agréable. Si vous avez des hésitations pour l’une des 5 étapes, il vous suffit de contacter votre chauffagiste qui se fera un plaisir de vous conseiller et de vous aider !

Cela pourrait également vous intéresser

Installez maintenant une pompe à chaleur respectueuse du climat

L’entretien du chauffage – pourquoi, quand et comment !

Comme toute machine, un système de chauffage doit être révisé et entretenu par des experts. Découvrez pourquoi, quand et comment un système de chauffage doit être entretenu.